HISTOIRES D’AVENIR, AVEC
LE PRIEURÉ VEGETAL I.D
Des solutions de végétalisation
Raphaël Lamé
Raphaël Lamé, fondateur du Prieuré Vegetal i.D
© Le Prieuré Vegetal i.D

Créée par Raphaël Lamé à Moisy, dans le Loir-et-Cher, Le Prieuré Vegetal i.D est la première entreprise horticole à avoir développé des tapis de plantes vivaces, destinés à végétaliser les toits. Depuis, elle multiplie les innovations brevetées qui améliorent la gestion des eaux pluviales et réintroduisent de la biodiversité. C’est le cas d’Hydropack®, un contenant pré-cultivé destiné aux professionnels du bâtiment, couronné par une médaille d’or au salon Batimat en 2005 et seul modèle du genre à avoir obtenu l’Avis Technique du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB).

C'est la première entreprise horticole à avoir développé des tapis de plantes vivaces, destinés à végétaliser les toits.

En 2008, Raphaël Lamé a lancé Vertipack, un système pré-cultivé pour les façades, puis sept ans plus tard HydroVentiv®, une solution de toiture hydroactive connectée. Cette invention, protégée par quatre brevets internationaux, a également reçu une médaille d’or au salon Batimat, dans la catégorie Solutions Smart. « Hydroventiv a nécessité cinq années de recherche et 1 million d’euros d’investissement en R&D, dont une partie sous la forme d’un prêt innovation à taux zéro et paiement différé de Bpifrance », précise le chef d’entreprise.

En 2011, la société de 50 salariés a ouvert une filiale aux Etats-Unis. « C’était essentiel pour amortir nos investissements R&D et nous permettre d’exister au delà de la France, dans un marché globalisé », ajoute Raphaël Lamé. Pour autant, notre pays, deuxième marché mondial dans ce domaine après l’Allemagne, reste le fer de lance du Prieuré. Il faut dire que l’entreprise dispose de la première pépinière française dans la culture de plantes spécifiques à la végétalisation des toits. « Bpifrance accompagne notre entreprise en innovation et en développement depuis une quinzaine d’années. C’est notamment grâce à son aide que nous avons pu embaucher notre premier ingénieur, il y a 15 ans ».